Les enseignants et les étudiants se mettent en grève aujourd’hui

Des manifestations auront lieu dans les grandes villes françaises pour protester contre les salaires des enseignants et la gestion par le gouvernement de la pandémie de santé dans les écoles

Les enseignants, les autres travailleurs scolaires, les lycéens et les étudiants se rassembleront en grève aujourd’hui, à partir de 13 heures, dans les principales villes françaises.

Pour le personnel scolaire, des grèves ont été appelées par un collectif de syndicats comprenant la FSU, la GCT et FO. Benoît Teste, secrétaire général de la FSU, a déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière : « C’est un moment crucial pour l’éducation. Il y a une véritable colère qui monte chez les enseignants, qui sont très inquiets ».

Les travailleurs scolaires réclament une augmentation des salaires
En novembre 2020, le ministère de l’Éducation nationale a annoncé des augmentations de salaire pour les jeunes enseignants en France à partir de février 2021. Mais les syndicats demandent maintenant des augmentations de salaire plus importantes dans le secteur, déjà promises lors de la réforme des retraites l’année dernière, qui, espèrent-ils, apporteront des augmentations substantielles et à long terme pour tous les enseignants.

M. Teste a déclaré que les augmentations de salaire suggérées pour les jeunes enseignants par le ministère de l’éducation n’étaient « absolument pas satisfaisantes ». Il a ajouté : « Des investissements massifs sont nécessaires pour permettre un recrutement à long terme et attirer les gens vers des carrières dans l’éducation ».

Les salaires des enseignants en France sont inférieurs de 7 % à la moyenne des salaires des professionnels en début et en milieu de carrière enregistrée dans le monde par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Appels à plus de protection dans les écoles
Le syndicat enseignant SNUipp-FSU (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC) estime qu’un tiers des enseignants en France vont se mettre en grève aujourd’hui, malgré des indicateurs inquiétants de résurgence du virus Covid-19 en France.

Plus d’informations ici : Les experts affirment qu’il faut « isoler et verrouiller » la lutte contre les variantes de Covid en France

Dans une déclaration, le syndicat a déclaré « Dans le contexte difficile de l’aggravation de la crise sanitaire et de l’incertitude quant à un nouveau reconfinement, 100 000 personnes seront en grève mardi ».

Le syndicat a demandé un plan d’urgence pour les écoles et « une réelle protection pour les enseignants et les élèves afin de maintenir les écoles ouvertes » pendant la crise sanitaire.

Il a déclaré : « Face à une crise sans précédent, qui menace la réussite des étudiants, les travailleurs de première ligne se sentent abandonnés. Une réponse à la hauteur de la situation est nécessaire ».

Les étudiants vont faire grève pour les fermetures d’universités
Suite à leurs propres grèves la semaine dernière, les étudiants se joindront également aux enseignants en grève aujourd’hui pour protester contre le manque d’accès à leurs professeurs pendant la crise sanitaire.

Mélanie Luce, présidente de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), a déclaré à l’AFP que les étudiants se joignaient aux grèves pour « essayer d’éviter l’échec à grande échelle ».

Elle a déclaré : « Nous poursuivons les grèves pour demander que les étudiants puissent aller en classe en personne la moitié du temps, et étudier en ligne l’autre moitié. Reconfinement ou non, les élèves doivent voir leurs professeurs ».

Le syndicat des parents et le réseau FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Élèves) se joignent également aux grèves d’aujourd’hui au motif que le gouvernement aurait dû « mieux anticiper la crise sanitaire ».

Les infirmières rejoignent les enseignants
Le syndicat des infirmières SNICS-FSU (Syndicat national des infirmier(e)s conseiller(e)s de santé) appelle les infirmières scolaires à se joindre aux grèves d’aujourd’hui aux côtés des enseignants.

La secrétaire générale Saphia Guereschi a déclaré que demander au personnel médical scolaire de mener des actions de dépistage et de traçage dans les écoles nuisait à leur capacité à s’occuper des élèves.

Elle a ajouté : « Cela a de graves conséquences : nos jeunes, qui ne vont pas bien, ne peuvent plus être accueillis comme ils devraient l’être lors des consultations dans les écoles… Nous devons agir rapidement ».

À Paris, les manifestations commenceront près du Jardin du Luxembourg avant de se diriger vers la rue de Grenelle, où est basé le ministère de l’éducation nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *